TORÉADORS, de Jean-Marie Piemme

Mise en scène : Mireille HUCHON

Scénographie : Franck DAUTAIS

Création lumières : Bernard LABORDE

Création sonore : Pierre BIRBA

Création costumes : Mieille HUCHON, Nathalie DAMVILLE

Avec : Bernard LABORDE, Franck DAUTAIS

« – Momo : Une tâche sur un linge de couleur m’afflige. Mais c’est le blanc sale qui me cause la plus profonde tristesse.

– Ferdinand : D’un autre côté, si tout le monde gardait son linge propre, ce serait une sérieuse menace sur votre emploi. »

A partir de là, le théâtre peut  commencer et ce qui est terriblement quotidien devient merveilleusement dramatique. En effet, quoi de plus réconfortant que ce lieu propre à la cité : le salon-lavoir  où, plus vulgairement,  le lavomatique. Cet endroit parfumé à la lessive bon marché et chauffé par ses propres machines dégage un espoir de solidarité. Toute l’humanité peut se retrouver un jour dans cet endroit. Et quoi de plus intéressant que ce lieu de rencontre ou le temps se mesure à celui du programme choisi : 40° ou 90°, avec ou sans prélavage. Là, le dialogue entre Momo, émigré du sud  intégré dans la gérance d’un  petit  salon-lavoir, et Ferdinand, fils de la blanche et lointaine Russie, cadre désintégré et SDF, nous mène par le bout du nez dans l’arène de nos relations humaines. Avec un goût certain pour le sens de l’esquive, des paillettes et du sang, les personnages nous rappellent à l’art de la tauromachie.

Mais qui est le Toréador ? Ce duel interprété par Bernard Laborde et Franck Dautais sera une nouvelle fois une introspection dans l’écriture de Jean-Marie Piemme, auteur que nous apprécions particulièrement pour son attrait aux choses du quotidien et pour l’emphase de la vie.

Voir Revue de presse   La Tempora 
Jean-Marie PIEMME

Jean-Marie PIEMME

L'auteur

Né en Wallonie en 1944, Jean-Marie Piemme a suivi des études de littérature à l’université de Liège et de théâtre à l’Institut d’études théâtrales de Paris.

Dramaturge à l’Ensemble théâtral mobile, il collabore ensuite avec le Théâtre Varia. (Bruxelles) De 1983 à 1988, il rejoint l’équipe de Gérard Mortier à l’Opéra national de Belgique.

Actuellement, il enseigne l’histoire des textes dramatiques à l’Institut national supérieur des arts du spectacle (Insas).

En 1986, il écrit sa première pièce Neige en décembre qui sera mise en scène l’année suivante. Suivront une trentaine de textes joués en Belgique et à l’étranger (Certains d’entre eux ont fait l’objet de captations et de diffusions télévisées ou de mises en ondes, par la RTBF et France-Culture notamment).

Ses textes sont principalement publiés aux éditions Actes-Sud papiers et aux éditions Lansman. Il a publié un roman Tribulations d’un homme mouillé aux éditions Labor à Bruxelles. La revue "Alternatives théâtrales" lui a consacré son numéro 75 (décembre 2002) ainsi qu’un hors série “Voyages dans ma cuisine” (2008) constitué d’entretiens avec Antoine Laubin sur son théâtre. Les Editions Aden ont publié Spoutnik, un récit autobiographique, et Rien d’officiel, cinq récits sur le monde d’aujourd’hui conçus à partir de grandes figures shakespeariennes.

En 2010, Jean-Marie Piemme a donné une conférence sur ses textes à l’université d’Avignon intitulée Un théâtre de la disparition, publiée en 2011 aux presses universitaires d’Avignon.

En 2011, Jean-Marie Piemme a été l’invité de la chaire de poétique de l’université de Louvain. Il y a donné quatre conférences sur le thème L’écriture comme théâtre.

Jean-Marie Piemme a bénéficié d’une résidence d’écriture à la Rose des vents de Villeneuve d’Ascq en 1991 et à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon en 1996.

GALERIE PHOTOS

TOP