Saison 2020 / 2021

Vendredi 18 et samedi 19,

Vendredi 25 et samedi 26 septembre à 20 h 30

Pour sa réouverture et pour fêter nos retrouvailles,

le Théâtre de l'Entresort vous propose

LA GRANDE SOIREE !!!

 

"Le désordre des êtres est dans l'ordre des choses" (Jacques Prévert).

Tout savoir sur La Grande Soirée !!!

NANDANAR

DANSE

Vendredi 9 et samedi 10 octobre à 21h

Ce spectacle a connu un immense succès en Europe, en Inde et aux USA. Il questionne la société indienne sur sa tradition des castes, et de manière plus universelle, il interroge toute société sur l’exclusion.

Nandanar est né intouchable. Interdite l’image de Shiva, dieu de la danse... Son statut social lui interdit l’accès aux temples réservés à la haute caste. Sa seule liberté est la parole secrète qui vole de son cœur à son dieu. Immédiates alors, la rencontre et l’union entre le dieu et l’exclu.

Chorégraphie, danse, chant : Dominique DELORME
Mise en scène : Nita KLEIN
Musiques : Inde, Tibet, Peter GABRIEL

MUSIC HALL

THEATRE

Vendredi 20 et samedi 21 novembre à 21h

Depuis que le monde est monde, il y a toujours eu des artistes qui - de ville en ville - se donnent en pâture à des publics divers et variés. Trois héros de music hall racontent dans un récit tendre et drôle l'odyssée de leur tournée.

Ce spectacle campe trois personnages qui jouent contre vents et marées leur numéro de music hall. Ils racontent avec humour le réalisme froid que l'on peut rencontrer dans certaines tournées de province : salles des fêtes improbables, foyers populaires désertés... un certain vécu que ces artistes se remémorent avec passion et désinvolture.

Au-delà de leurs aventures, ce spectacle met en scène la joie et l'esthétique d'un music hall passé qui ne demande qu'à être joué et rejoué pour l'éternité...

De : Jean-Luc LAGARCE

Mise en scène : Mireille HUCHON

Avec : Bernard LABORDE, Simon-Pierre RAMON et Mireille HUCHON

Chorégraphie : Dominique DELORME

FOLIES COURTELINE

VAUDEVILLE

Vendredi 18 et samedi 19 / Mercredi 23 et jeudi 24 / Mardi 29, mercredi 30 et jeudi 31 décembre à 21h

Samedi 2 et dimanche 3 janvier à 21h

Quatre courtes pièces de Georges Courteline nous régalent … Un froussard avec une épouse malicieuse - La Peur des coups -, deux copines qui s’exaltent sur les balivernes de leur quotidien - Gros Chagrin -, des nantis en quête de fantasmes orgastiques- L’honneur des Brossarbourg -, et un fricoteur vacillant sous les coups d’un couple se querellant amoureusement - Les Boulingrin - . …
Et comme souvent c’est une belle et grande famille qui se met en pièce et s’en délecte…
Bêtise humaine, stupidité de ses semblables, toute sa vie Courteline, maitre du Vaudeville, s’est amusé avec délectation à nous rappeler tendrement notre férocité. Avec Folies Courteline rentrons sur le ring et partageons l’aventure du match de l’amour vache…

De : Georges Courteline

Mise en scène : Jean STÉPHANE
Interprétation : Alain DAFFOS, Mireille HUCHON, Bernard LABORDE
Coproduction Cie Sept Roses - Cie La Part Manquante

LE MONDE D'HIER

THEATRE

Vendredi 5 février à 21h

Le Monde d’hier est la dernière œuvre de Stefan Zweig. En 1942, à la veille de son suicide, il envoie à son éditeur un manuscrit dans lequel il relate le grand voyage de sa vie et les bouleversements culturels et politiques de l’Europe au XXème siècle.

Cet humaniste, épris de liberté et d’idéal, rédige dans ce livre-testament, ses «souvenirs d’un Européen» racontant le formidable gâchis de 1914, le bouleversement des idées et, en visionnaire, l’écrasement d’une civilisation sous l’irrésistible poussée de l’hitlérisme. Le grand prosateur viennois condense ici le tableau d'un demi-siècle d’histoire européenne, embrassant toute ses splendeurs et ses catastrophes.

La Compagnie La Part Manquante fait revivre en un monologue l’univers étincelant et perdu du Monde d’hier, ouvrage des plus essentiels pour nous aider à mieux comprendre les bouleversements du siècle passé et nous interroger sur le monde d’aujourd’hui.

De : Stefan Zweig

Mise en scène : Jean Stéphane
Adaptation : Jean Stéphane et Alain Daffos
Interprétation : Alain Daffos

LE SYSTEME

THEATRE

Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 / Jeudi 25, vendredi 26 et samedi 27 mars à 21h

"S'échapper, s'évader,
y a plein d'affiches où c'est marqué
et alors ?…
On serait tous prisonniers ?…"
Rita Mitsouko, album "Cool frénésie" - 2000

Le système exclut ceux qui n’y prennent plus de plaisir, ceux qui ne s’y retrouvent plus. Dérives managériales et déshumanisation au travail, comparer, étalonner, mesurer… et évaluer les autres dans une optique concurrentielle pour s’améliorer, toujours s'améliorer...

En suivant le parcours parallèle de plusieurs personnages solitaires, à la fois victimes et bourreaux d’une société régie par les lois du Marché, Falk Richter propose une fantaisie poétique actuelle et mordante, humoristique, sur le monde de l’entreprise, la destruction de l’individu, la complaisance et l’acceptation tacite de chacun face à un système économique et politique de plus en plus complexe et abstrait.

Ce ne sont pas seulement des spectateurs que Falk Richter convoque, mais des citoyens du monde à qui il offre son travail, voulu comme un moyen de déchirer le voile de plus en plus épais des contre-vérités accumulées qui nous empêchent de voir l’histoire que nous sommes en train de vivre, et son absurdité.

De : Falk Richter

LE SCORPION DANS LA MAISON

THEATRE

Vendredi 9 avril à 21h

Juste une histoire de famille, « mon » histoire... en écho de tellement d’autres…

Dans son précédent spectacle Matériau 14…ombres portées, Roland Gigoi racontait la Grande Guerre à partir des archives et souvenirs de son grand-père.
Avec Le Scorpion dans la Maison, il s’empare une nouvelle fois de son histoire familiale et, dans un jeu subtil de correspondances, de fragments et de formes, il met en scène ses interrogations sur les violences faites à l’enfance.

"Nous héritons pour le meilleur et pour le pire des joies et des blessures de nos ancêtres, de l’histoire tumultueuses des hommes. Raconter un bout infime de cette route à vivre, c’est interroger une fois encore l’inconnaissable. Mettre un mot, en travers de la porte, pour qu’elle ne se ferme pas !
J’ai pris mes morceaux de vie, mes morceaux de parents, j’ai relié quelques archives sauvées de l’oubli, des fragments épars qui traversent la galaxie du 20ème siècle avec son histoire chaotique !
Juste ma parole rassemblant des mots, des photos, et aussi des témoignages pour tracer dans toutes ces singularités une ligne commune : celle des enfances brisées qui ont charpenté nos existences en devenir."

« Sur ce sujet grave, Roland Gigoi a su composer un beau texte poétique, sensible et qui touche juste. Éclairant par intermittence les zones d’ombre sans s’y complaire ou chercher à les expliquer de façon artificielle, laissant au spectateur constater ce qui résonne en lui » - (Agathe Raybaud - Le Clou dans la Planche)

De et avec : Roland GIGOI

HECTOR NOCTURNE

CONCERT

Vendredi 28 mai à 21h

"Hector sort de l'ombre, et ça s'entend. Sa guitare a battu le pavé, tant et tant qu'il en extrait la juste réverbération, celle de l'éclairage public dans une rue-ruelle désertée.
Nocturne, elle, a la politesse de l'errance, l'urbanité citadine. La raucité et le sobriété de son expression sont celles de notre jeunesse partie trop vite. Et sa voix nous retient. Restez, encore.

Hector Nocturne, c'est un trio car il est dit que le triangle est indéformable. Il faut donc et il suffit que la basse laisse le temps rouler, et le bon.
Alors Hector Nocturne devient le rendez-vous de ces trois solitudes hautement compatibles, au somment d'une colline surplombant la ville, enfin silencieuse. Et l'on n'entend plus qu'eux, les anges qui nous veillent."

Chant, clavier jouet, textes, musiques : Françoise GUERLIN
Basses, samples et bruits divers, guitare, chant, musiques : Paul GOILLOT

TOP